Stage Initiateur Alpinisme, Écrins – Cerces – 12 & 13/09/2020

Après deux années de formation dont une semaine de camp en Suisse, le moment de valider toutes les connaissances acquises approche. Notre premier week-end GFHM après l’été sera un stage de deux jours pour valider le diplôme d’initiateur alpinisme de la FFCAM.

L’organisation du week-end est encore plus complexe que d’habitude. Nous sommes toutes les 7 candidates avec nos 7 stagiaires, les guides Sébastien Escande et Maxime Fiorani pour nous encadrer et un initiateur alpinisme diplômé, Hugo Meringolo, qui vient donner un précieux coup de main : soit 17 au total ! 

Un programme bien varié et complet pour ce stage : 

  • J1 : course de neige en altitude, arête mixte au Pic de la Grave dans les Écrins et bivouac sous les étoiles au Grand Lac dans le massif des Cerces ;
  • J2 :  belle traversée d’arête rocheuse aux arêtes de la Bruyère, pour finir en beauté.
Traversée du glacier de la Girose en mode chenille, Écrins – © GFHM

Nous avons hâte de partager ces jolies courses avec nos cobayes, de démontrer que nous sommes capables de gérer la cordée pendant toute la course en toute sécurité, et surtout, de vivre une belle expérience en montagne toutes ensemble. 

On vous laisse découvrir cette aventure à travers les mots des protagonistes indispensables de ce week-end. Celles qui nous ont accompagnées dans cette superbe expérience et qui nous ont fait confiance depuis l’autre bout de la corde : nos secondes de cordée. 

Retour de Mélisse, binôme de Marie P.

« Est-ce que ça te dirait d’être ma cobaye ? »

Et voilà comment la folle aventure de ce week-end au sommet a commencé…

La haute montagne, je n’y vais qu’une fois par an, pourtant, j’adore ça ! Alors quand on m’a parlé d’aller vivre l’expérience avec 14 nanas pendant 2 jours à toiser les nuages, je n’ai pas hésité… La montagne, ça se prépare et elles ont fait ça à merveille ! Même sans trop savoir où, sans avoir un planning ultra précis, en se laissant des possibilités d’improviser… Sous le charme de la perspective ! Bref, c’est en totale confiance que j’ai fait mon sac sous le regard assidu de Marie. Optimiser : maître mot. 

5h40 – Nous voilà en route.
7h30 – La Grave, après avoir récupéré nos pierres précieuses du weekend: les guides !
Et c’est sur un terrain très riche et varié que nous nous sommes laissées guider : crampons, marche glacière, altitude, séracs, pont de neige, rimaye, glace, pente, grimpe, rochers, neige, rappel, sourires… De quoi impressionner nos yeux. De quoi m’apprendre quelques manips. De quoi s’enivrer de l’altitude. De quoi transpirer un peu. De quoi comprendre leur passion. 

Sommet du Pic de la Grave (3628m). Je garde à l’esprit que le plus important, c’est surtout le chemin qui nous y mène, les personnes qui nous accompagnent ; le sommet n’est pas le but ultime, c’est un cran de plus à l’excellence du moment… 

L’occasion de poser des tonnes de questions, j’adore apprendre, j’aime que l’on m’apprenne : j’ai été servi ! Le partage de la corde, mais surtout des connaissances. 

– “Du coup là je monte jusque là, puis tu enlèveras la broche à glace. 

D’accord, faut juste me dire comment on enlève une broche à glace” … ^^

Comment passe t-on du « je me laisse guider par mon premier de cordée » à « j’emmène des gens dans l’aventure » ? Vous leur demanderez, c’est très enrichissant ! Guider, ce n’est pas uniquement performer ; c’est surtout être pédagogue, humble et à l’écoute de la montagne comme de la personne encordée. Elles ont été parfaites.

Redescente. Dilemme. Concertation. Prise de décision. Ce sera bivouac aux pieds des arêtes. Se remotiver, faire son sac, prévoir… 600 mètres de dénivelé plus tard, le spectacle est au rendez-vous. Le soleil couchant, le lac couleur d’argent, la bise fraîche, sous le regard épineux mais doux de l’objectif du lendemain… Traitée aux petits oignons, le repas est convivial et permet de planifier le lendemain. Objectif : les Arêtes de la Bruyère. Ce sera une première course d’arête pour moi ! Hâte.

Premières lumières du jour sur les arêtes de la Bruyère, Cerces – © GFHM

Petit déjeuner, vite, vite, le lever de soleil n’attend pas ! Les arêtes se découpent, ensoleillées sur fond d’un lac turquoise et des sommets à perte de vue ! Appréhender la roche, friable, lisse, rugueuse… Il faut savoir s’adapter. Tandis que je me laisse guider, pas à pas, dans cet univers vertigineux, Marie doit anticiper, faire des choix, être attentive et concentrée dans ce terrain escarpé. Il faut le dire : « Elles assurent !! » Elles sont à l’aise, tandis que je rampe à califourchon sur mon arête… ^^ Quelques heures plus tard, les bras ont bien forcés, la dose d’adrénaline a été prise, on prend le temps d’admirer la beauté, de se féliciter, d’être fières !

Explorateurs sur les arêtes de la Bruyère, Cerces – © GFHM

Vient le temps de redescendre, déjà nostalgique de l’altitude, de prendre conscience de ses coups de soleil et des bleus sur les genoux (mais ça c’est juste pour que je garde quelques souvenirs physiques 😉 ) Les sourires, les rencontres et le bonheur partagé. 

Lorsqu’on ne voit que des sourires, on ne peut que vous dire encore MERCI !

Retour de Marie, binôme de Lara

« – Eh dis moi … tu fais un truc le week-end de ton anniversaire ??… 😇😇😇
J’ai une petite proposition à te faire ! 😏

– Ben justement j’étais en train de revoir ma copie, t’as un plan ?

– Ben j’ai une amie au GFHM … »

Seules infos : jouer les « cobayes » pendant 2 jours, en haute montagne, alpi en neige et en cailloux, une nuit en refuge et une guide, Lara, qui ne me connaît pas et réciproquement ! Ça sent la belle expérience à plein nez, la sortie des sentiers battus, la vie, à fond les ballons !

J’en rêve depuis des mois d’aller crapahuter, d’aller frôler les nuages, et danser sur les arêtes, chopper l’adrénaline quoi, et le bol d’air, alors 2 jours avec 13 nanas j’ai dit : Banco !

 Vue depuis le sommet du Pic de la Grave – © GFHM

La semaine aura été intense pour les préparatifs, avoir tout ce qu’il faut, juste ce qu’il faut, et NE RIEN OUBLIER ! Je connais quasi personne, pas même ma future guide, ça la fout mal si je suis le boulet du groupe, alors je check, recheck, re re check et m’assure d’avoir du matos assez confort pour me sentir bien ! 

En un mot pour le matos : léger ! 
En deux mots pour moi : lâcher prise !

Samedi 4h40 : le réveil ! Je suis pas du matin… Ça pique… Pourquoi je fais ça déjà ?! 🧐😅
7h30 au parking de La Grave, on découvre toutes les têtes, gros smiles sur tous les visages. 😁
8h30 dans la benne on lance les hostilités, direction Pic de la Grave ! 🥳

L’alpi en neige c’est pas ce que je préfère alors quand il faut passer le p’tit raidillon en glace au-dessus de la rimaye, que le piolet plante pas, que les pieds glissent, ça y est : le stress !!! Finalement on m’encourage, on me guide, tout est sécure de toute façon, alors ça passe ! P’tit shoot d’adrénaline, LE KIFF !

Retour au parking vers 16h (peut être, je sais même plus…), point général sur l’état des troupes, parce que le campement (finalement ce sera camping à la belle… SURPRISE !) se trouve à 30min de voiture et pas loin de 2h de marche et quelques 600D+ en plus, hahaha la blague !! 

Chacun a son mot à dire, perso j’ai peur de tirer la langue pour monter, mais ça c’est dans la tête parce que ça passe tranquille !!! Et il faut dire ce qui est, on a bien fait de monter pour la soirée !

Campement établi, nos chères guides sont aux p’tits soins, elles ont pensé à tout ! Le spot est un p’tit coin de paradis sous les étoiles, franchement c’est le bonheur, en plus je souffle une nouvelle bougie aujourd’hui, tout est parfait ! 

PS : J’ai quand même opté pour la tente, je tenais à être en forme le lendemain !

Dimanche : Les arêtes de la Bruyère qui nous dominent depuis hier soir ! 

Le rocher : J’ADORE ! Un coup c’est raide faut escalader vertical, un coup c’est de la dalle on court presque dedans, un coup tu fais un rappel, l’autre tu marches juste encordées très proches… Bref, ça change toutes les 10 min, les manips de cordes n’en finissent plus ! Pfiou je suis contente de me laisser trainer, j’aurais déjà eu des nœuds au cerveau à la place de ma guide !

La vue est splendide, Lara est un vrai rayon de soleil, elle m’explique, elle me guide, l’œil avisé de Hugo est là si jamais, je me sens en confiance totale, je n’ai rien à faire si ce n’est profiter, je plane ! 

La journée est encore bien longue, mais ces moments de vie sont assez dingues, je me sens tellement vivante, j’apprécie chaque seconde, chaque stress, et surtout chaque sourire !  😀 Deux jours de bonheur, la tête dans les étoiles, un weekend haut en altitude et en couleurs ! 

Elles se seront déchirées pour l’orga (17 personnes au total, c’était pas de la tarte !), elles avaient de larges sourires, toujours une petite attention pour leur « cobaye » ou celui des autres, elles ont su nous mettre en confiance totale pour qu’on profite à fond, et les émotions étaient plus qu’au rdv, mission accomplie !   

Alors chapeau les filles et merci, vous méritez clairement votre joli titre d’initiatrices alpinisme ! 

Un grand merci aux 3 guides qui ont veillé au grain et apporté leurs précieux conseils et leurs sourires. Et évidemment un immense merci à Lara, ma guide, qui a été parfaite ! 🥰
On recommence quand ?!

14 filles montagnardes, Hugo, Max et Seb au col de Lautaret, Écrins – © GFHM

—–
Merci à nos “super-cobayes”, ce fut un réel plaisir de vous encadrer pendant ce week-end de partage. Un grand merci également à nos trois encadrants pour nous avoir toutes supportées !
—–

 Lara avec Faustine, Gaëlle, Marie J, Marie P, Marion et Zoé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s